Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Beauharnais, Agence immobilière RUEIL MALMAISON 92500

BOULEVARD DU MARECHAL FOCH A RUEIL MALMAISON

Publiée le 31/05/2017

 

Autrefois, ce boulevard située dans le village centre-ville, longeait le mur d'enceinte de la commune. En 1680, il apparaissait sous le nom de rue de l'Art Militaire et en 1770 sous celui de Tour-de-ville.

Vers 1817, les plantations de tilleuls sont à l'origine du nom que reçu tout naturellement cet axe : boulevard des Tilleuls.

En 1859, suite aux victoires de la campagne d'Italie, il devient boulevard du Général Douay, ancien colonel du 2eme régiment de voltigeurs. Changement qui reveille rapidement la colère des riverains, ne voyant pas la nécessité de changer de nom. En 1859, après s'être incliné, le conseil municipal laissa le nom de boulevard des Tilleuls.

Ce n'est qu'en 1919 que le conseil muncipal lui donne le nom de boulevard du Maréchal Foch.

BOULEVARD MARECHAL FOCH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE MARECHAL FOCH

De son nom Ferdinand FOCH, ce Maréchal de France est né à Tarbes en 1851 et mort à Paris en 1929.

Il est à l'origine de nombreux évènements : il dirigea la bataille de la Somme puis commanda en 1918, les troupes alliées avant de les conduire à la victoire. Il signa l'Armistice mettant fin à la Première Guerre Mondiale.

 

MARECHAL FOCH

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LA PREMIERE CRECHE DE RUEIL MALMAISON

Autrefois, au n°5 du boulevard, on pouvait trouver la seule crèche de Rueil Malmaison. Elle fut créée en 1861 par Monsieur Rodrigues qui après la mort de sa femme voulut honorer sa mémoire en dotant la commune d'une crèche. La crèche prit naturellement le nom de son épouse, Sophie Rodrigues.

 

LE THEATRE

A l'époque, se trouvait un théâtre à l'emplacement du n°12. Construit par les Schneider, la salle de spectacle était encadrée de colonnades à l'antique, les murs recouverts d'une teinture soyeuse avec des miroirs dans lesquels se reflétaient les lumières de quatre lustres de cuivre. Des bals y avaient lieu toutes les semaines.

Racheté en 1925, il fut démoli pour laisser place à un commerce.

Notre actualité